Miville

Miville

Présentation

Née dans le Bas-du-Fleuve, Miville (de son vrai nom Jennifer Tremblay), qui a grandi et étudié en scénographie au Conservatoire d’art dramatique à Québec, est aussi une créatrice de costumes réputée dans le milieu de la télévision et du théâtre. Elle a travaillé sur les séries 30 vies, Ruptures, District 31, Les invisibles, Maison bleue… Elle a collaboré avec les théâtres La Licorne, Espace Go, Denise-Pelletier, d’Aujourd’hui, Périscope, La Bordée et Le Trident. Toutefois, les arts plastiques animent Miville depuis ses plus jeunes années et prennent une place grandissante dans sa vie professionnelle. À 39 ans, elle a à son actif quelques expos à Montréal et aux États-Unis.

Démarche

“J’adore la déconstruction de la ligne et une sorte de sobriété abstraite. Une ligne sensible où s’insère de la lumière.” -MIVILLE

 

Abstraction gestuelle ou portrait, le travail de Miville s’inspire, au niveau de l’exécution, du mouvement expressionnisme abstrait: l’action painting. Sans couvrir totalement la toile brute, l’investissement du corps est total lorsqu’elle peint et le mouvement d’une violence quasi méditative. Les traits de Miville découpent le corps et le fragmentent, elle s’oppose à la rationalité et au réalisme. Sa démarche est à la fois intuitive, chargée et libératrice.

 

L’artiste explore préalablement en atelier de modèles vivants, elle s’intéresse principalement aux poses très rapides, en mouvement. La ligne sensible de ses études est alors vivante, spontanée, simplifiée. Elle va droit à l’essentiel. Une esquisse choisie servira ensuite d’inspiration pour un tableau. Miville invente ses propres couleurs, riches et uniques, d’après pigments.

 

Ses compositions d’ombre et de lumière créent une profondeur d’où les formes émergent.

 

“Embrassant l’automatisme et l’expressionnisme abstrait, Miville a hérité de la fulgurance d’un Marcel Barbeau et des approches plastiques et spirituelles de Franz Kline et d’Antoni Tàpies.  » -Éric Clément, LA PRESSE

 

“Miville a un bon sens du mouvement et de l’esthétisme comme de la composition.” -commissaire Malgosia Bajkowska, SALON B

 

« Il y a dans les toiles de Miville une brutalité subtile, un incroyable raffinement – j’allais dire une tendresse -dans ce qui paraît d’abord être un défoulement . C’est doux et violent à la fois” -Mathieu Laca, PEINTRE

L’artiste sur les réseaux

L’artiste sur les réseaux